vendredi 24 juin 2011

A l'affût des révolutions: la culture des despotes,entre le risible et le tragique

Ce texte traite de certains instruments et mécanismes du despotisme arabe contre lequel des millions d’hommes et de femmes se sont soulevés. Il traite aussi de « l’imaginaire politique » des despotes confrontés aux révoltes et révolutions depuis décembre 2010. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 17 juin 2011

A l'Affût des révolutions: Le royaume des Saoud face à cinq craintes et une peur

Depuis le début des révolutions arabes, l’inquiétude du régime saoudien est palpable. Il ne cesse d’afficher des signes de fébrilité envers toute manifestation de mécontentement et toute revendication démocratique. En témoigne par exemple au niveau interne, l’arrestation de Manal Al-Sharif au volant de sa voiture et la disparition de Khaled Al-Juhani – seule personne s’étant présentée à un sit-in « organisé » sur une page facebook, et au niveau régional, l’intervention des forces « Bouclier de la Péninsule » à Bahreïn. Le régime cherche à rétablir la « stabilité » et le statu quo en négociant des compromis afin de freiner la dynamique de changement impulsée dans plusieurs pays arabes, par Nadia Aissaoui et Ziad Majed, Mediapart.fr.

vendredi 10 juin 2011

A l'Affût des révolutions: 5 questions qui font débat

Depuis le déclenchement des révolutions arabes, des débats sur l’impact des révolutions sur les sociétés -en termes de transformation ou d’exacerbation des tensions et des contradictions- agitent certains cercles intellectuels arabes et dévoilent les logiques de leurs divergences.
Voici cinq des questions majeures autours desquelles se cristallisent l’essentiel du différend dans ces cercles. La cinquième question mérite d’être abordée même si elle enregistre une perte nette de vitesse dans le débat. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 3 juin 2011

A l'Affût des révolutions: En mémoire de Samir Kassir




Samir Kassir a été assassiné à Beyrouth le 2 juin 2005. La mort l’a fauché à l’apogée du combat politique et culturel qu’il menait avec les siens contre le régime de Damas et sa main mise sur le Liban.
Historien, journaliste et intellectuel engagé, Kassir a consacré son œuvre au Liban, mais aussi à la démocratie en Syrie, à la cause palestinienne et à la renaissance arabe.
Aujourd’hui, avec le printemps arabe et le soulèvement du peuple syrien, l’anniversaire de son assassinat, non sans tristesse, se fait plus vibrant et plus chargé de symboles. 
Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr