lundi 19 décembre 2011

De l'art dans la révolution syrienne

Les révolutions arabes ont réveillé une créativité artistique et un dévouement à travers l’art aux causes de la liberté. De la musique, des films, des vidéoclips, des caricatures, des tableaux et affiches naissent chaque jour et circulent sur la toile. Si ce phénomène a commencé en Tunisie avec les caricatures, les graffitis, et s’est développé en Egypte avec la musique et les animations, il a pris depuis une ampleur incomparable en Syrie. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr
Pour la Version Arabe de ce texte, veuillez cliquez ici

mardi 13 décembre 2011

Du pacifisme de la révolution syrienne

La majorité des militants syriens et des écrivains soutenant la révolution continuent à défendre son caractère pacifique face aux appels à la lutte armée pour renverser le régime. Neuf mois après le début des manifestations et rassemblements contre le règne des Assad, plus de 5000 citoyens ont été tués par les services de renseignements, la 4e division de l’armée et les Shabeeha (miliciens payés par le régime). Des dizaines de milliers ont été blessés, torturés et contraints à l'exil. Au moins 15.000 sont en prison dans des conditions effroyables. Le soutien de l'aspect pacifique de la révolution demeure essentiel selon deux points de vue: l'un politique et l’autre utilitariste. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 5 décembre 2011

Tunisie, Maroc et Egypte: des "islamistes" par les urnes

Les élections législatives en Tunisie et au Maroc ont confirmé la montée en puissance des « islamistes » qui se revendiquent de la mouvance des Frères musulmans. A ces derniers s’ajoutent en Egypte, plus grand pays arabe (et méditerranéen), les salafistes. Si ces résultats reflètent une réalité politique, il reste à voir quelle forme prendra l’exercice du pouvoir et comment les forces d’opposition entendent s’organiser pour occuper le terrain. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 26 novembre 2011

L’Egypte à la croisée des chemins

Près de 40 morts dans les manifestations en Egypte ces derniers jours. Le gouvernement démissionne, le Conseil suprême des forces armées nomme un nouveau premier ministre de l'ancienne garde du régime et annonce le maintien du premier tour des élections législatives dans neuf départements ce lundi 28 novembre. « La coalition des jeunes de la révolution » et les formations politiques qui la soutiennent annoncent la poursuite de la mobilisation jusqu'au départ des militaires, avec une très forte manifestation ce vendredi. La situation est alarmante et les rapports de force attendent la semaine prochaine pour commencer à se faire connaître. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr 

lundi 21 novembre 2011

Le régime syrien et ses théories du complot

Le régime Assad a toujours prétexté faire face à des complots et des agressions. Il n’a eu de cesse d’alimenter pour son compte ce fantasme afin de se rallier un public qui en est friand et à l’affut de la moindre manifestation qui nourrit un imaginaire peuplé de suspicion. Seulement, quand face à un soulèvement populaire réclamant des libertés, la réponse se solde par une répression féroce et sans appel (plus de 4000 morts, des dizaines de milliers de blessés, de refugiés, de disparus et de prisonniers souvent torturés), l’utilisation d’un tel argument frise le ridicule. Qu’en est-il de cette théorie du complot que le régime agite à tous vents ? Que disent les faits ? Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 11 novembre 2011

Quand l’humour se met au service de l’idéologie

Fort de l’expérience de février 2006 lorsqu’il a republié les fameuses caricatures de Mahomet du quotidien danois Jyllands-Posten en guise de solidarité, l’hebdomadaire français satirique Charlie Hebdo revient cette fois à la charge en publiant de nouvelles caricatures du prophète de l’Islam. Quelques jours plus tard, une attaque criminelle incendie ses locaux à Paris. L’histoire a fait couler beaucoup d’encre sur les musulmans et les arabes au moment même où, sur l’autre bord de la méditerranée, des millions d’hommes et de femmes posent les premières pierres de la vie démocratique. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

mardi 1 novembre 2011

Meurtres, statues et mensonges: la Syrie des Assad

Alors qu’une délégation gouvernementale syrienne a quitté Doha sans apporter de réponses claires à l’initiative de la Ligue arabe (exigeant entre autre le retrait des chars de l’armée syrienne des villes, l’arrêt de la violence, la libération des détenus, et le début d’un dialogue entre le gouvernement et l’opposition en Egypte pour trouver des issues politiques à la crise et lancer un chantier de réformes), l’armée syrienne et les services de renseignement ont tué en 72 heures plus de 70 citoyens dans les villes et villages « rebelles». Concomitamment, le régime de Damas a orchestré durant ces quatre derniers jours des manifestations de soutien à son président. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 24 octobre 2011

La fin d’un dictateur et la recherche du temps perdu

L’exécution de Kadhafi a tourné une page dans l’histoire contemporaine de la Libye. Elle a suscité des débats et des discussions dans la presse arabe comme sur les réseaux sociaux entre ceux qui la défendaient ou du moins la justifiaient, et ceux qui la critiquaient non pas par empathie pour le tyran déchu, mais par attachement au principe de justice et de jugement des crimes contre l’humanité commis par le colonel. Par ailleurs, la fin de Kadhafi représente pour les révolutionnaires – tout comme leur choix d’adopter dès le début de leur soulèvement le drapeau de l’indépendance – un pas vers le futur pour rattraper 42 années perdues. Tout se passe comme si en 2011, ils remettaient les compteurs à 1969. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

lundi 17 octobre 2011

Egypte : Contre-révolution et « question Copte »

A quelques semaines des élections législatives, les tensions politiques et sécuritaires dont  l'Egypte a été témoin ces derniers jours, les attaques contre des milliers de manifestants coptes dans les rues du Caire soulèvent un certain nombre de questions sur ce qui pourrait ressembler à un effet « contre-révolution ». Elles lèvent également le voile sur les multiples facettes de la discrimination contre les coptes. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 7 octobre 2011

L’histoire de Zeinab ou l’autre visage de l’Etat de barbarie

Le régime syrien, soutenu par les vetos russe et chinois au conseil de sécurité, accélère sa guerre sans pitié contre la révolution : assassinats, arrestations, siège des villes, coupures d’électricité, et même bombardements aériens. Il ajoute une nouvelle arme à son arsenal : des cadavres et de fausses identités. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr  

samedi 1 octobre 2011

Le Yémen au bord de la guerre civile

Au Yémen, toutes les médiations engagées ont jusqu’à présent échoué à trouver une issue à la crise. Le pays semble être au bord de la guerre civile. Un article de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

dimanche 25 septembre 2011

Ce qui fait la particularité de la révolution syrienne

Plus de six mois après le début de la révolution syrienne, retour sur un certain nombre de caractéristiques portant tant sur son déroulement, ses soulèvements que sur la façon dont le régime essaie de l’anéantir. Elles font l’exceptionnalité de cette révolution dans le printemps arabe… Un article de Nadia Aissaoui et Ziad Majed - Mediapart.fr

samedi 17 septembre 2011

Face au «printemps arabe», quid de l'Algérie ?

Beaucoup d’observateurs s’interrogent sur le sort du régime algérien dans un contexte régional qui a vu des régimes arabes indéboulonnables tomber les uns après les autres ou entamer des réformes tout azimut pour calmer la colère de leurs peuples.
Le printemps arabe  sème le trouble auprès des dirigeants politiques dans toute la région et réveille les consciences. Quelles répercussions  a-t-il eu en Algérie ?  Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 9 septembre 2011

Les soutiens du régime syrien

Après plus de six mois de contestations populaires pacifiques, le régime syrien tremble, mais s’accroche toujours au pouvoir à coup de répression féroce et de crimes contre l’Humanité. S’il arrive encore à se maintenir, c’est surtout grâce à des alliances internes et externes dont il sert les intérêts et partage parfois une vision de la politique et du pouvoir. Chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 3 septembre 2011

La révolution syrienne: la liberté sinon rien

Au vu des ressemblances entre le régime libyen et le régime syrien, la chute de Kadhafi après 42 années de dictature a renforcé la motivation des révolutionnaires syriens. Ces derniers continuent, pacifiquement, à confronter un régime de plus en plus sanguinaire. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 13 août 2011

Un Etat des Lieux du Printemps Arabe

Huit mois après la chute de Ben Ali, sept après celle de Moubarak, leurs procès historiques commencent. A l’affût des révolutions et évolutions qui se poursuivent dans plusieurs pays arabes, quel est l’état des lieux aujourd’hui ? Qu’est ce qui a changé et quels sont les défis qui se précisent de plus en plus à Tunis, au Caire et à travers toute la région ? Chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed, Mediapart.fr

samedi 6 août 2011

Ramadan en Syrie, c’est vendredi tous les jours

Le régime de Bachar Assad en Syrie a tué à la veille du mois de Ramadan plus de 100 personnes, en majorité dans la ville de Hama qui connaissait les plus grandes manifestations depuis quelques semaines. Durant les 5 premiers jours du Ramadan, 200 autres personnes ont trouvé la mort sous les balles et les bombes du régime, sans que cela n’affecte la détermination populaire. Chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 30 juillet 2011

Liban: De nouveau une poudrière?

A la veille d’un Ramadan qui s'annonce « mouvementé » en Syrie, avec l’intention des activistes de manifester chaque soir et les mesures prises par le régime Assad pour accentuer la répression et la violence (les forces du régime ont tué depuis vendredi 22 juillet plus de 150 personnes et arrêté quelques 800 autres), la stabilité au Liban apparaît de plus en plus fragilisée. Les tentatives de Damas de jouer la carte de la condition régionale et les « alertes sécuritaires » se succèdent. Une chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 23 juillet 2011

Al-Jazeera: Incontournable outil de mobilisation

Quinze ans après sa fondation, la chaîne qatarie Al-Jazeera se positionne toujours en leader de la scène médiatique arabe. Quels sont les raisons principales de son succès? Chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

samedi 16 juillet 2011

Maroc et Jordanie: un printemps pas comme les autres

Dès le début de ce printemps arabe, les deux jeunes monarques, Mohamed VI du Maroc et Abdallah II de la Jordanie ont annoncé l’amorce d’un processus d’ouverture politique et promis des réformes pour contenir les tensions et éviter toute « contagion révolutionnaire » dans les deux royaumes. Leurs mesures semblent peu satisfaire les nouveaux mouvements sociaux. Une chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed [1] pour Mediapart.fr

vendredi 8 juillet 2011

A tous les sceptiques du Printemps Arabe

Voilà que le monde arabe se réveille, et n’en déplaise aux sceptiques -ceux qui n’y voient que des complots « impérialistes » ou qui agitent le spectre des islamistes-, c’est une bonne nouvelle pour tous les arabes en quête de liberté et de dignité. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr                               

dimanche 3 juillet 2011

De l'humour dans la révolution syrienne

A l'heure où la barbarie du régime Assad s'exprime dans toute sa violence (plus de 1600 morts et de 10.000 blessés), malgré les arrestations et la torture (plus de 14.000 personnes) et l'exode de populations de plusieurs villages au nord du pays (autour de 12.000 vers la Turquie et 4.000 vers le Liban), le peuple syrien fait preuve d'une endurance exceptionnelle. La mobilisation, en plus de s'amplifier, prend du corps et libère de la créativité, notamment sur le registre de l'humour, qui l'inscrit incontestablement du côté de la vie. Chronique de Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 24 juin 2011

A l'affût des révolutions: la culture des despotes,entre le risible et le tragique

Ce texte traite de certains instruments et mécanismes du despotisme arabe contre lequel des millions d’hommes et de femmes se sont soulevés. Il traite aussi de « l’imaginaire politique » des despotes confrontés aux révoltes et révolutions depuis décembre 2010. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 17 juin 2011

A l'Affût des révolutions: Le royaume des Saoud face à cinq craintes et une peur

Depuis le début des révolutions arabes, l’inquiétude du régime saoudien est palpable. Il ne cesse d’afficher des signes de fébrilité envers toute manifestation de mécontentement et toute revendication démocratique. En témoigne par exemple au niveau interne, l’arrestation de Manal Al-Sharif au volant de sa voiture et la disparition de Khaled Al-Juhani – seule personne s’étant présentée à un sit-in « organisé » sur une page facebook, et au niveau régional, l’intervention des forces « Bouclier de la Péninsule » à Bahreïn. Le régime cherche à rétablir la « stabilité » et le statu quo en négociant des compromis afin de freiner la dynamique de changement impulsée dans plusieurs pays arabes, par Nadia Aissaoui et Ziad Majed, Mediapart.fr.

vendredi 10 juin 2011

A l'Affût des révolutions: 5 questions qui font débat

Depuis le déclenchement des révolutions arabes, des débats sur l’impact des révolutions sur les sociétés -en termes de transformation ou d’exacerbation des tensions et des contradictions- agitent certains cercles intellectuels arabes et dévoilent les logiques de leurs divergences.
Voici cinq des questions majeures autours desquelles se cristallisent l’essentiel du différend dans ces cercles. La cinquième question mérite d’être abordée même si elle enregistre une perte nette de vitesse dans le débat. Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 3 juin 2011

A l'Affût des révolutions: En mémoire de Samir Kassir




Samir Kassir a été assassiné à Beyrouth le 2 juin 2005. La mort l’a fauché à l’apogée du combat politique et culturel qu’il menait avec les siens contre le régime de Damas et sa main mise sur le Liban.
Historien, journaliste et intellectuel engagé, Kassir a consacré son œuvre au Liban, mais aussi à la démocratie en Syrie, à la cause palestinienne et à la renaissance arabe.
Aujourd’hui, avec le printemps arabe et le soulèvement du peuple syrien, l’anniversaire de son assassinat, non sans tristesse, se fait plus vibrant et plus chargé de symboles. 
Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 27 mai 2011

A l'affût des révolutions: Et les femmes dans tout cela?

Alors que les revendications de liberté et de dignité s’affirment dans le sang et la détermination dans plusieurs pays du monde arabe, les voix des femmes peinent à se faire entendre.
Pourtant qu’elles soient mères ou épouses de prisonniers ou disparus, qu’elles soient militantes voire simple citoyennes, elles ont le plus souvent figuré courageusement parmi les mouvements de contestation sans que cela ne se répercute véritablement sur leur condition. Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

dimanche 22 mai 2011

Pendant ce temps au Liban… un système politique dans l’impasse

Depuis le 11 janvier dernier, date du renversement du gouvernement de Saad Hariri par le Hezbollah et ses alliés, le Liban est sans pouvoir exécutif.
Divisé vis-à-vis de ce qui se passe dans ce printemps arabe, otage des conflits régionaux, appréhendant les conséquences de l’acte d’accusation du procureur général dans l’affaire de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri, et paralysé par un confessionnalisme rampant, le Liban semble se trouver dans une phase d’attente. Seules des réformes de son système politique et des développements « positifs » dans le moyen-orient seraient en mesure de débloquer cette situation. De Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 13 mai 2011

Du confessionnalisme en Egypte et en Syrie

Alors que l’Egypte a été le théâtre d’affrontements violents entre musulmans salafistes et coptes, un débat lancinant a lieu en Syrie sur les minorités religieuses et la place que leur accorde le régime despotique face à la majorité sunnite. Il s’agit dans cet article de mettre en perspective quelques aspects relatifs aux tensions confessionnelles au Machreq et de déconstruire deux discours dominants à ce propos: chacun péchant par simplification et non-prise en compte de la complexité des relations politiques et sociales.
Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

vendredi 6 mai 2011

Syrie: Quand les intellectuels s’engagent

La journée « Vendredi du défi » en Syrie a donné lieu à de nouvelles violences du régime contre les manifestants. Selon plusieurs opposants, militants des droits de l'homme, on compterait une vingtaine de morts et des blessés. Les manifestations avaient été interdites par le ministère de l'intérieur. Quinze personnes auraient trouvé la mort à Homs, ville située à 160km au nord de Damas. De son côté, l'agence de presse officielle du régime, Sana, a annoncé la mort d'un officier et de quatre policiers, tués selon l'agence par un groupe armé. Six personnes auraient par ailleurs été tuées par balles à Hama. A Deraa, d'où étaient parties les premières manifestations, la journée a été relativement calme, l'armée syrienne ayant annoncé son retrait de la ville. Dans la banlieue de la capitale Damas, des chars avaient été déployés pour éviter les manifestations. En début d'après-midi, la police secrète avait en outre arrêté Riad Seif, un des chefs de l'opposition syrienne, selon des militants des droits de l'homme présents dans la capitale.
Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

dimanche 1 mai 2011

Bahreïn: le royaume oublié

Alors que les massacres commis par le régime de Bashar El-Assad en Syrie sont aujourd’hui les événements les plus préoccupants dans la région; que la situation en Libye ne cesse de se complexifier; que le Yémen semble se préparer à entamer une nouvelle étape avec le départ probable de Ali Abdallah Saleh; le Bahreïn connaît des événements dont l’importance est éclipsée par l’actualité arabe dominante... Les derniers mois ont été rythmés par une contestation populaire réprimée par les « services de sécurité nationale » et par une intervention militaire saoudienne venue au secours du régime de Manama qui accuse l’Iran d’orchestrer une tentative de renversement. Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

Les réseaux sociaux virtuels: une révolution dans la révolution

Les révolutions qui ont essaimé dans le monde arabe ont participé à une redéfinition des réseaux sociaux en les transformant en plateformes d’organisation de manifestations et de rassemblements, en lieu d’échange d’écrits politiques, de tracts et de films/images interdits. Une toute nouvelle conception du politique a vu le jour à partir de l’espace virtuel.
Comment ces révolutions ont-t-elles contribué à transformer et donner cette nouvelle dimension à facebook, Twitter et Youtube ? Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

Egypte et Yémen: De la révolution et de la reconstruction de l'Etat

En Egypte, où la révolution est parvenue à destituer le président Moubarak, tout comme au Yémen, où les opposants disent s’apprêter à voir le prédisent Saleh partir, les débats sur les enjeux, les défis et les alliances «post-despotisme» occupent la scène publique et divisent les acteurs politiques et les intellectuels.

L’article ci-dessous, met en perspective quelques éléments reliés aux débats et enjeux actuels. Il s’inspire de discussions qui se sont tenues à Beyrouth lors d’une table ronde organisée par le Réseau Arabe d’Etude de la Démocratie regroupant des chercheurs et des activistes de plusieurs pays arabes dont l’Egypte et le Yémen. Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

En Syrie, la peur a changé de camp

Depuis le 15 mars 2011, des manifestations secouent plusieurs villes syriennes. A la surprise de beaucoup d’observateurs, la Syrie n’a pas incarné l’exception du printemps arabe malgré le climat de terreur permanent y régnant, l’état d’urgence imposé depuis 1963, les souvenirs des massacres perpétrés par l’armée et les troupes d’élites dans la ville de Hama en 1982 (coutant la vie à près de 20.000 personnes), l’existence de centaines de prisonniers politiques, et l’exil forcé de milliers de syriens. Par Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

التيارات الرئيسية في الحركة النسوية

يثير ذكر حركة التحرر النسائية (أو الحركة النسوية Mouvements Féministes) ردات فعل سلبية عند أكثر الرجال والنساء تجاه ما قد يُعتبر مبالغة أوتطرفاً في تفكير وسلوك نسويين يشبهان إعلان الحرب على الرجال وعلى المجتمع ومؤسساته.

ولا يمكن النظر الى ردات الفعل هذه دون الإشارة الى أنها  تعبّر عن خوف عميق من إمكانية زعزعة دعائم النظام البطركي (الأبوي) الذي جرى بناؤه منذ آلاف السنين: نظام هيمنة ذكورية ظل متماسكاً رغم كل الثورات والتطورات التكنولوجية التي حصلت على مر القرون الماضية. فالتراتبية الناظمة للعلاقات  بين الجنسين تحوّلت الى قناعات راسخة عند النساء والرجال الى حد صارت تبدو فيه السيطرة الذكورية طبيعية وبديهية.
ويؤكد الفيلسوف والسوسيولوجي الفرنسي بيار بورديو، في هذا المجال، أن هذه السيطرة مغروسة في اللاوعي الجمعي عند البشر وأنها تحوّلت الى عنصر غير مرأي وغير محسوس في العلاقات ما بين الرجال والنساء. وينبغي بالتالي إخراج هذا اللاوعي، وتحويله الى وعي يعيد كتابة التاريخ.